Le petit blog de Mamicha

Vagabondages au gré du vent et de l'air du temps ...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 29 août 2010

Quand les hérons dansent avec le laboureur


Il y a quelques jours à Gargas, moisson engrangée, un cultivateur haut-garonnais, préparait la terre à recevoir les futures semailles ... une aubaine immédiatement repérée par une vingtaine de hérons garde-boeufs dont j'ai observé le "ballet" par le plus grand des hasards.

De passage, je ne m'attendais pas du tout à ce spectacle et le soleil au zénith, la poussière, ainsi que l'éclatant plumage blanc de ces malins volatiles m'ont posé quelques problèmes de réglages ce qui donne des photos un peu approximatives, mais je garde un plaisant souvenir du petit "reportage" que voici :

Mais qu'attendent-ils donc ces guetteurs à l'oeil si vif ?



Le tracteur prêt à ouvrir un nouveau sillon bien sûr ! ... ce qui va leur offrir quelques mets dont ils raffolent : larves, insectes et autres vermisseaux ...


Hop ! ... comme disent nos voisins espagnols " A comer ! " :)



Excellents stratèges et voltigeurs hors pair ( cela va de soi ), alors ... eh, eh, même pas peur !




Ici un juvénile jubile car, promptement adapté au manège des machines agricoles, il ne perd pas une miette de ce festin improvisé :)






Info pour les visiteurs, du moins pour ceux qui souhaitent voir les photos de ce blog en haute résolution :

  • Un clic sur les photos des billets = agrandir
  • Un deuxième clic = taille originale
  • Autre solution : allez sur le lien "Album" et vous aurez la même chose + les infos exif

Mais beaucoup le savent déjà ... amusez-vous bien :)

dimanche 25 avril 2010

Aigrette garzette


Cet après-midi, j'ai savouré plusieurs heures de pur bonheur aux alentours d'un petit étang avec pour unique compagnie le "petit peuple" habituel : grèbes huppés et foulques macroules en famille, car les oisillons se débrouillent déjà suffisamment pour jouer les sous-mariniers : un vrai concours de plongeons et de cris façon cour de récréation ... ambiance ponctuée par le chant puissant des grenouilles ...

Eh oui, la nature est bruyante pensent certains mais en ce qui me concerne j'aime ce que j'appelle le chant de la terre, bruissement du vent, concert des oiseaux, clapotis de l'eau ... largement plus relaxant que la mélopée des tondeuses à gazon, non ? J'ai même failli piquer une petite sieste, il faisait tellement bon !

... mais, une fois de plus, dans ma cachette sous les peupliers j'étais beaucoup trop loin pour leur "tirer le portrait" et j'observais ces jeux aquatiques à la jumelle, beaucoup plus performante que mon téléobjectif, quand la garzette coquette (rimons) qui explorait méthodiquement l'autre rive pour trouver sa pitance et à laquelle je ne prêtais plus vraiment attention, a soudain décidé de regagner sa tribu installée dans une réserve proche et ... de me passer malicieusement sous le nez, si j'ose dire :)



lundi 12 avril 2010

À tire-d'aile


Le rêve d'Icare et le mien ... s'envoler :)





18 avril : Je voulais dire s'envoler sans prendre l'avion bien entendu ... c'est encore plus évident aujourd'hui avec la pagaille qui règne dans les aéroports !

Le serin cini et le chardonneret de ce billet ainsi d'ailleurs que toutes les "plumettes" dotés d'un mode de propulsion parfaitement adapté : leurs propres ailes, se fichent pas mal du "vilain-nuage volcanique-cendreux-fauteur de troubles" ... qui, soit dit en passant et à l'instar des oiseaux migrateurs, franchit les frontières au gré du vent sans visa ni "feuille de route" dûment estampillée, un "clandé" en quelque sorte, mais il se fait la "Une" sur tous les médias depuis plusieurs jours ... quel panache ! :)


mardi 30 mars 2010

Chardonnerets très élégants ...


... depuis quelques mois (et sans la moindre vergogne), toute une tribu de "carduelis" a quasiment supplanté la colonie de mésanges bleues et charbonnières qui fréquentait assidûment mon "perchoir" personnel ... elles sont devenues bien discrètes ces boules de plumes toujours en mouvement, comme fascinées par l'aplomb de ces rois de la haute couture dont, excusez du peu, le plumage égale le ramage :


Quel que soit le temps, bourrasques de neige ...





averses de printemps ...




soleil vespéral ...




... leur costume d'apparat, incroyablement coloré, reste impeccable :)

NB : détestant toute forme de cage, je n'hésite pas à vous rappeler ... mais vous le saviez déjà n'est-ce pas ? ... que les susnommés sont une espèce protégée !!



dimanche 06 décembre 2009

Sittelle torchepot


À ma grande surprise j'avais repéré l'une d'elles l'an dernier en fin d'automne tout près de mes fenêtres certes citadines mais donnant sur une vaste étendue de jardins ... sans doute attirée par les graines de tournesol que je dispose sur mon balcon.

Je ne l'avais plus revue depuis mais la voilà de retour et sans nul doute, puisque la température est actuellement très clémente et que la nourriture ne fait pas défaut, pour la même raison : la petite gourmandise à portée de bec ... cela se lit dans ses yeux ne trouvez-vous pas ?



Mais pourquoi cette fine élégante (admirez le costume !), classifiée "Sitta europaea", est-elle affublée en français du nom de "torchepot" qualificatif que je trouve plutôt disgracieux ? ... je ne suis pas la seule d'ailleurs : "clic" ICI ... si vous avez le sens de l'humour, le site La Plume de Renan LEVAILLANT vous réjouira tout autant que moi :)

J'ai aussi cherché une explication sur Oiseaux.net l'un de mes sites préférés en la matière, et j'ai appris qu'à l'époque de la nidification elle choisit une excavation dont elle "maçonne" l'entrée de boue séchée pour la façonner à sa taille ce qui interdit l'accès à d'autres oiseaux plus gros ... "torchepot" viendrait donc tout simplement du mot "torchis" !





- page 2 de 4 -

 

Mentions légales : les documents rédigés par l'auteur et ses photographies ainsi que tous les commentaires des visiteurs sont dans le domaine public. Les documents cités et les documents liés peuvent être soumis au droit d'auteur.